Cet article publié dans la dernière édition du rapport « Early childhood matters » (la petite enfance compte) de la fondation néerlandaise Bernard Van Leer synthétise les découvertes récentes sur le cerveau des tout-petits. L’auteure, Patricia K.Kuhl, co-directrice de l’institut pour l’apprentissage et les sciences du cerveau à l’Université de Washington, est spécialiste du développement précoce du langage. Elle résume ainsi ses travaux : comment un jeu en apparence aussi anodin que le « coucou/caché » peut modifier d’importantes aires cérébrales et stimuler l’ensemble des compétences localisées dans ces aires.

Lors de la première année de vie, le cerveau grossit très rapidement et les aires cérébrales commencent à se spécialiser selon les expériences environnementales. C’est ce que rappelle Patricia K.Kuhl en introduction de cet article proposé dans la version 2017 du rapport « Early childhood matters » de la fondation néerlandaise en Bernard Van Leer (nous avions chroniqué l’édition 2016).