L’expression, de plus en plus utilisée par les institutions, nourrit encore les angoisses et réserves de nombreux acteurs de terrain. Que signifie “évaluer son action” dans le champ social ? Nous faisons le point avec Claire Kramme, fondatrice de la société Meaningful Impact, spécialiste de la mesure d’impact.

En quoi consiste la mesure d’impact social ? Comment la définir ?

Claire Kramme. Vouloir mesurer son impact, c’est tout d’abord faire l’hypothèse que son action a un ou plusieurs effets sur ses bénéficiaires et, le cas échéant, sur la société. A l’échelle d’un projet, mesurer son impact social, c’est chercher à identifier et à comprendre l’ensemble de ces effets (positifs, négatifs, anticipés, inattendus, etc.) et leurs mécanismes de production : quels changements ? auprès de qui ? comment y parvient-on ? La mesure d’impact peut répondre à une multitude d’attentes. Elle peut servir à mieux connaître ses bénéficiaires, à prendre du recul par rapport à sa stratégie et son action, à mieux objectiver ses résultats et à communiquer plus efficacement. In fine, elle doit permettre d’améliorer la qualité des services proposés. En cela on dit souvent de la mesure d’impact qu’elle répond à deux grands objectifs :
– prove (démontrer la valeur ajoutée de son action)
– improve (améliorer la manière dont on travaille avec les familles, les enfants, les partenaires pour mieux répondre aux besoins) (…)