Lorsque les prises en charge validées ne peuvent être prodiguées faute de spécialistes, notamment dans des pays en pleine transition économique, pourquoi ne pas former directement les parents ? C’est ce qu’ont entrepris des chercheurs en Macédoine avec des parents d’enfants porteurs de troubles autistiques. Les résultats qu’ils ont publiés dans le « Journal of autism and developmental disorders » sont assez probants. Les docteurs Blake Hansen (Université Brigham Young, USA) et Vladimir Trajkovski (Université Cyril et Methodius, Skopje, Macédoine) ont répondu à quelques questions.

Comment soutenir les familles d’enfants autistes dans des pays aux faibles ressources économiques ? Une équipe de chercheurs américains et macédoniens a voulu tester l’implantation d’un programme de guidance comportementale auprès de parents d’enfants porteurs de troubles du spectre autistique en Macédoine. Ce pays d’Europe de l’est connaît une transition laborieuse depuis plusieurs années et ne bénéficie pas, selon les auteurs, des services, structures, et du personnel formé permettant d’accompagner au mieux ces enfants et leurs parents. « Les familles supportent le fardeau d’éduquer leurs enfants avec peu de soutien à leur disposition », notent les chercheurs dans l’article publié dans le  « Journal of autism and developmental disorders ». Le repérage des troubles du développement est lacunaire et les zones rurales dépourvues de centres de soins de qualité. « Comme ailleurs, les parents macédoniens vont sur internet et trouvent des ressources sur les prises en charge efficaces », précise Blake Hansen qui a coordonné l’étude. «Mais nous manquons de spécialistes capables de dispenser des thérapies éducatives et comportementales » complète le docteur Vladimir Trajkovski.