Une semaine après la remise des rapports issus de la concertation sur la protection de l’enfance, au moment du vote définitif de la loi interdisant les violences éducatives, Adrien Taquet devait exposer aujourd’hui aux Assises qui se tiennent à Marseille les premières mesures annoncées pour réformer la Protection de l’Enfance.

Les Assises de la Protection de l’Enfance se sont ouvertes à Marseille à un moment qualifié par certains acteurs d’historique : le vote définitif mardi 2 juillet d’un texte de loi porté par la députée MoDem Maud Petit et qui stipule que les titulaires de l’autorité parentale ne « peuvent pas user de violences physiques ou psychologiques » à l’encontre de leurs enfants, dans l’article 371.1 du Code Civil, lu notamment par l’officier d’état civil à l’occasion des mariages.

De son côté, le Ministre à la Protection de l’enfance, Adrien Taquet, continue de porter son « Pacte pour l’enfance » qui devrait être officiellement annoncé à l’automne prochain, et qui s’articulera autour de trois piliers : l’accompagnement à la parentalité autour des 1000 premiers jours de la vie de l’enfant, la lutte contre les violences faites aux enfants, la réforme de l’enfance protégée.