Grâce à une cohorte en population générale, des chercheurs danois s’intéressent aux facteurs de risque et de résilience chez les enfants dont les parents sont porteurs d’un trouble psychiatrique. Ils cherchent notamment à voir si des symptômes qui apparaîtraient de façon précoce s’installent dans le temps.

La problématique des troubles mentaux est omniprésente en protection de l’enfance (voir sur le sujet notre article sur les jeunes « incasables) avec d’une part les effets de la maladie mentale sur la parentalité et le développement de l’enfant et d’autre part les risques génétiques qui expliquent la forte prévalence de troubles du comportement chez les enfants sous mesure de protection. Il s’agit donc d’un lourd problème de santé publique.

Cet article danois*  paru dans Frontiers s’intéresse de près au facteur de risque familial en matière de troubles psychiatriques. Il détaille les recherches présentes et à venir effectuées à partir de l’Etude Danoise du Risque Elevé et de Résilience, cohorte de 522 enfants suivis de 7 à 11 ans, nés de parents schizophrènes (202), bipolaires (120) ou sans aucun trouble (200). C’est donc un article très descriptif et prospectif mais néanmoins passionnant quant aux enjeux et au protocole de travaux de cet envergure. (…)