La dernière étude du Conseil National d’Evaluation Scolaire (CNESCO) se veut un « éclairage sur certaines des inégalités scolaires d’origine territoriale en France ». Des analyses qui confirment des constats déjà connus et déjà posés par la même instance (sur la ségrégations solaire et la relative inefficacité du système de zones prioritaires) et soulignent d’autres phénomènes plus surprenants sur le décrochage scolaire ou les élèves en milieu rural montagnard.

Le CNESCO s’est attelé à disséquer les inégalités scolaires sous l’angle territorial. Le rapport produit* confirme de grandes tendances et pointe quelques phénomènes moins évidents.
Ces travaux mettent d’abord l’accent sur la très inégale croissance démographique à l’échelle de l’hexagone avec des villes des régions du nord et de l’est délaissées, soit une « diagonale du vide » des Ardennes à la Dordogne, alors que se confirme un «croissant attractif » qui va de Rennes à Grenoble, en passant par Nantes, Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Aix-Marseille. Les métropoles, elles, « sont des mosaïques économiques et sociales marquées par la paupérisation ». (…)