Voici, pour la période du 01 au 15 février 2016, notre sélection de contenus picorés sur le web sur les thématiques Education/Périnatalité/Enfance, le plus souvent en anglais. Vous trouverez, pour chaque focus, un titre de notre composition, le lien vers la ou les source(s) puis un résumé traduit du ou des article(s) mis en ligne sur le sujet.

Education

Les facs anglaises pas assez accueillantes avec les étudiants noirs et les garçons blancs et pauvres

The Guardian

Le gouvernement britannique vient de publier de nouvelles recommandations pour enjoindre les universités à mieux accueillir les garçons blancs de milieu défavorisé et les étudiants noirs (tout sexe confondu). Les statistiques montrent en effet que les jeunes garçons blancs défavorisés ont cinq fois moins de chance d’entrer à la fac que les jeunes de milieux plus aisés (pour comprendre cette distinction genrée, commune à l’ensemble des pays développés, vous pouvez lire notre interview de Jean-Louis Auduc) et soulignent aussi que les étudiants noirs ont deux fois plus de risques d’abandonner leurs études en cours de route. Ces recommandations incitent aussi à prioriser l’accueil des étudiants avec des difficultés d’apprentissage (dyslexie, syndrome Asperger, déficit de l’attention…) et à les traiter de façon spécifique (sur l’école inclusive, lire aussi notre article).

La musique adoucit les mœurs et favorise les apprentissages

Dailyitem

Dans cet article, l’auteur raconte comment les gestionnaires municipaux en charge des écoles, contraints à de terribles coupes budgétaires, commencent par supprimer les budgets alloués aux activités musicales. L’auteur cite un rapport réalisé par « The Arts Education Partnership » qui montre comment l’éducation musicale améliore les capacités motrices, les apprentissages, le travail de la mémoire et les compétences intellectuelles.  « Elle améliore les capacités d’attention, renforce la persévérance, stimule la créativité, participe à la construction de l’estime de soi. »
Ce thème a été développé en mai dernier par Keith Wunderlich, administrateur de la communauté scolaire de la ville de New Haven dans le Connecticut, dans un article du Detroit Free Press.

L’homme y plaide pour une réelle éducation musicale à l’école. Pas parce que la musique offrirait une voie toute tracée vers une gloire factice à la « The voice » mais parce qu’elle facilite les apprentissages et l’épanouissement des élèves. « Lorsque les enfants étudient la musique, ils développent la partie de leur cerveau qu’ils utilisent pour le langage et le raisonnement. L’éducation musicale est liée à l’intelligence spatiale et à la créativité. Cela requiert de lire et de tisser entre elles plusieurs idées. Encore et encore, la recherche montre que l’éducation musicale est un composant critique du processus global d’apprentissage. »
Keith Wunderlich rappelle au passage que les chefs d’entreprise américains les plus puissants sont des musiciens accomplis. Le cofondateur de Google Larry Page a fait une école supérieure de saxophone, l’ancien président de la banque fédérale Alan Greenspan joue de la clarinette, le cofondateur de Microsoft Paul Allen, de la guitare, l’ancienne secrétaire d’Etat Condoleezza Rice, du piano. Or, déplore l’auteur de la tribune, à l’heure des économies, de nombreuses villes font le choix de sacrifier l’éducation musicale comme s’il s’agissait d’un luxe. Ce fut le cas pour New Haven quelques années auparavant. Mais les citoyens se sont rebellés, répétant à quel point la musique avait compté dans leur parcours personnel. Les habitants ont donné des instruments mai aussi de leur temps et de l’argent. Peu à peu la musique est revenue au premier plan dans les écoles.

Les enseignants hongrois dans la rue

Reuters
Les enseignants hongrois sont descendus dans la rue samedi pour protester contre les effets de la nouvelle centralisation imposée par le premier Ministre Viktor Orban depuis trois ans. Ils se plaignent notamment de l’augmentation considérable du nombre d’heures d’enseignement obligatoire mais aussi du choix imposé des livres scolaires qui contiendraient des erreurs selon les enseignants. Lesquels ont donc demandé que leur soit rendue leur autonomie.

Changements climatiques : les enseignants américains apprennent n’importe quoi à leurs élèves

Christian Science Monitor  Washington Post  Science Mag

Une étude réalisée conjointement par plusieurs universités américaines vient de montrer que l’enseignement donné aux élèves des classes primaires et des collèges au sujet des changements climatiques est fortement sujet à caution. Si les enseignants abordent bien ce thème en classe, la façon dont ils le font ne repose pas sur les résultats les plus actualisés de la recherche. Bien qu’il y ait aujourd’hui un consensus mondial sur l’origine humaine de ces changements, 30% des enseignants américains véhiculent l’idée que l’évolution du climat aurait des causes « naturelles » et 30% d’entre eux assurent à leurs élèves que les raisons de ces changements ont une double origine : la nature elle même et l’homme. L’étude montre que les enseignants sont assez peu au courant de la réalité du consensus scientifique en matière de climat. « Nous pensons que la moindre parcelle de légitimation de perspectives non scientifiques envoie aux étudiants le message que finalement c’est peut-être une question d’opinion et de valeurs et non de preuves scientifiques », estime Eric Plutzer, l’auteur de l’étude.

En Israël, l’instruction civique sujet sous haute tension

Yahoo news
Le manuel utilisé pour les cours d’instruction civique en Israël est au cœur d’un très vif débat qui voit s’opposer le gouvernement et les enseignants. Au centre de la polémique : la part qui doit être accordée à la religion et à l’histoire juive dans le livre officiellement au programme de l’éducation nationale. Trois auteurs ayant participé à la rédaction de l’ouvrage ont ainsi retiré leur signature en raison d’une édition tendancieuse voire d’une réécriture complète de leur texte. Certains ont accusé le gouvernement d’avoir totalement édulcoré les discriminations contre les Israéliens arabes. Le seul membre arabe du comité en charge de la supervision des programmes civiques a d’ailleurs démissionné : « ce livre est censé être destiné à tous les étudiants israliens, athées ou religieux, pour les Arabes et les Druzes, or cette version ne présente pas une approche qui corresponde à tous les étudiants. »  Cette polémique souligne une ligne de fracture entre la façon dont les autorités politiques et les intellectuels conçoivent leur pays. Ce qu’a résumé ainsi le Ministre de l’Education : « la question est de savoir si Israël est un état juif démocratique ou si c’est un état comme les autres. En tant que ministre de l’Education, j’ai vraiment l’intention de défendre la dimension juive ». Les opposants à l’actuelle version du manuel lui reproche en effet de faire la part un peu trop belle aux philosophes religieux et au Talmud au détriment de textes non religieux.

Pas d’éducation sexuelle obligatoire au Royaume-Uni

BBC

Malgré les pressions des organisations et associations spécialisées dans l’éducation à la santé, la Ministre britannique en charge de l’Education, Nicky Morgan, refuse pour le moment de rendre obligatoires les séances d’éducation à la sexualité. Les associations estiment que cette sensibilisation devrait commencer dès l’école primaire et qu’elle est essentielle pour aider les jeunes à avoir conscience de leurs droits et à se protéger de possibles abus. Aujourd’hui, ces séances, proposées dans un programme plus global appelé «éducation au bien-être personnel, social, médical et économique » (PSHE) dépendent du bon vouloir des enseignants et les parents peuvent refuser que leur enfant y assiste. Nicky Morgan fait valoir que le principal problème n’est pas tant le caractère non obligatoire de ces cours que leur qualité très aléatoire. En Angleterre le sujet est extrêmement sensible en raison d’une succession de scandales. Sur les 15 dernières années des centaines de très jeunes filles suivies par les services sociaux ont servi d’esclaves sexuelles à des gangs. Plusieurs rapports ont montré que les services de police et les travailleurs sociaux avaient fermé les yeux, notamment parce que les jeunes victimes n’étaient pas considérées comme telles, mais comme des jeunes filles agitées au comportement provoquant. Les spécialistes des violences sexuelles ont alors souligné que la notion de consentement et de crime sexuel était devenue très floue. D’où l’indignation de ce médecin président d’association : « Quand rapport après rapport, à la suite des tragiques affaires d’Oxford et Rotherham, il a bien été montré que le PSHE protège les enfants, comment Nicky Morgan peut-elle continuer de refuser de le rendre obligatoire dans les écoles ? » Même si, dans les affaires citées, il semble que ce soit surtout les adultes qui auraient eu bien besoin qu’on leur rappelle les notions de consentement et d’abus.

Parents, ne débinez pas les professeurs devant vos enfants

The Guardian

Désarmant cri du cœur d’une enseignante sur le blog « Secret teacher » sur le site du Guardian. Elle supplie les parents : « arrêtez de saper notre travail devant vos enfants ». Elle raconte ainsi un entretien avec une mère d’élève, en présence de l’enfant. Devant les difficultés scolaires, et de discipline, de la fillette, elle déroule les solutions possibles, cherche à la motiver et attend que la mère abonde dans son sens. Patatras. La mère explique les problèmes de l’enfant par le manque de discipline de l’enseignante. « Votre classe est trop bruyante ».

L’enseignante s’adresse aux parents : « Quoi que vous pensiez de nous ou de notre travail, rien de bon ne peut venir du fait de saper notre travail devant votre enfant. Vous lui donnez un chèque en blanc qui lui permet d’échapper à toute responsabilité, ce qui signifie qu’ensuite je dois travailler encore plus pour regagner son respect (ainsi que celui de ses camarades) alors que je travaille déjà beaucoup. Ce temps serait bien plus utile s’il était consacré à la préparation des leçons, aux apprentissages des élèves, à l’élaboration de ressources ou à travailler avec vous pour les aider. » Elle conclut : « nous sommes censés être du même côté ». Son texte a suscité plus de 700 commentaires.

Donner de meilleures chances aux enfants aborigènes grâce à la pré-scolarisation

The Conversation
Nicholas Biddle, chercheur à l’université nationale d’Australie, rappelle le rôle prépondérant de la « pré-éducation » (l’équivalent de notre école maternelle ou des jardins d’enfant) dans la lutte pour l’égalité des chances envers les enfants des communautés indigènes (aborigènes pour la plupart). Dans une étude qu’il a co-dirigée, Nicholas Biddle a ainsi mis en exergue l’impact très positif de cette pré-scolarisation sur les compétences en lecture et en mathématiques à court et long terme des jeunes Australiens des communautés indigènes et sur le comportement de ces enfants à long terme.

Il formule une distinction entre l’accueil des enfants dans des structures petite enfance (pour les 0-4 ans) et la pré-scolarisation en tant que telle (4-6ans). Si les deux combinés semblent avoir des effets positifs sur le plan cognitif et comportemental, l’impact de l’accueil des enfants indigènes pendant la petite enfance seul, est plus mitigé. La prise en charge précoce est efficace pour combler les inégalités mais, note l’auteur, « la nature de la structure compte ». « En comparaison avec les jardins d’enfants, les centres de la petite enfance (équivalent de nos crèches) n’ont pas d’horaires délimités, un programme éducatif structuré ou des personnels strictement qualifiés. Et nous avons trouvé que de longues heures passées dans de tels centres pouvaient avoir un impact préjudiciable sur le développent des enfants ». La formation des professionnels dans les structures d’accueil du jeune enfant compte. Vraiment.

Maternelle aux USA: le plaidoyer d’une éducatrice pour plus de jeu et moins de leçons toute faites

Yale news

Erika Cristakis, éducatrice de jeunes enfants, ancienne enseignante et directrice d’établissement, formatrice, publie un livre, « De l’importance d’être petit : ce dont les enfants de maternelle ont besoin de la part des adultes ». Son credo : les enfants de maternelle (4-7 ans aux USA) passent ces précieuses années dans des environnements qui ne leur sont pas adaptés et avec des méthodes pédagogiques qui le sont encore moins, trop axées sur des enseignements académiques et pas assez sur le jeu. Erika Cristakis estime qu’on leur en demande trop sur un plan pragmatique et pas assez sur le plan cognitif. Les classes sont trop bruyantes, sur-stimulantes, esthétiquement désagréables. Elle évoque les horaires inadaptés. ” Il y a trop d’échanges dirigés par l’enseignant sur des sujets insignifiants et pas assez de temps de jeux ininterrompus.”

Elle estime que les enseignants doivent être au fait des stades de développement des jeunes enfants mais aussi qu’ils doivent comprendre leur univers, leur « habitat » naturel : écouter leurs histoires, être sur le sol avec eux, au niveau de leur regard, rire avec eux. « Au lieu de ça trop d’enfants reçoivent des doses calibrées d’instruction préparées à l’avance et peu individualisées sur des thèmes ennuyeux comme « atelier nourriture » ou la construction d’une chenille en carton. » Erika Cristakis estime que ce sont les enfants défavorisés qui ont le plus à perdre. Ils seraient les premiers à bénéficier d’un environnement stimulant. « Malheureusement, l’attention portée à la nécessité de combler le fossé s’est traduite par un objectif d’apprentissage unidimensionnel axé sur la reconnaissance des formes et des couleurs plutôt que sur des compétences plus complexes comme la pensée symbolique ou les inférences causales qui viennent de l’exploration ou de l’apprentissage par le jeu. »

Périnatalité/Santé femme

FIV-DO : des grossesses plus à risque

BJOG

Cette méta-analyse met en évidence le fait que les grossesses obtenues à partir d’un don d’ovocytes sont plus à risque de complication. C’est vrai pour les troubles de l’hypertension, qu’il s’agisse de grossesses simples ou gémellaires. Les risques de petit poids gestationnels, de césariennes, d’accouchement prématuré sont également augmentés. La variable âge maternel n’entre en revanche pas en ligne de compte. « Les femmes devraient être bien conseillées avant de se lancer dans un processus de conception avec don d’ovocytes », concluent les auteurs. Nous avions évoqué ce sur risque dans notre article “Don de gamètes: enfin possible pour les donneurs sans enfant”

Les Irlandaises toujours interdites d’IVG, quelles que soient les circonstances

OCDE     The Guardian
L’intégrisme irlandais ne fléchit pas. Les partis de droite comme de gauche ont refusé de voter un texte autorisant les interruptions médicales de grossesse pour les femmes dont le bébé, atteint d’une grave malformation, ne pourrait pas vivre à la naissance. Garry Edward, dont l’épouse avait été confrontée à une telle situation quinze ans plus tôt a dénoncé la « couardise » du « Social Democratic and Labour party » (SDLP), plutôt à gauche, qui a aligné sa position sur celle du « Democratic unionist », conservateur, pour des raisons électorales. Les lobbies « pro-life » ont en effet menacé de se venger dans les urnes aux prochaines élections si une telle loi était votée. « Ces partis ont voté pour le statu quo alors qu’il est barbare de laisser une femme terminer une grossesse dont on sait qu’elle n’est pas viable », s’est emporté Garry Edwards. Il a rappelé que la Haute Cour de Belfast avait estimé que cette interdiction absolue des interruptions de grossesse même dans les cas de viol ou de malformation grave du fœtus constituait une violation des droits humains des femmes. (Au sujet du puritanisme irlandais et de ces conséquences sur les femmes, lire notre article ” Mutilées à l’accouchement au nom du Saint-Esprit”)

Manger des oeufs pendant la grossesse pour réduire le risque allergique de l’enfant

News Medical

Des chercheurs américains ont montré que l’ingestion de nourriture riche en vitamine D pendant la grossesse permettait de réduire de 20% le risque pour l’enfant de déclencher des rhinites allergiques à l’âge de sept ans. Alors que la prise de vitamine D via des suppléments par la mère serait sans effet sur les allergies de l’enfant. « Cette étude pourrait influer sur les conseils en nutrition et recommandations délivrés aux futures mères afin d’inclure les aliments riches en vitamine D dans leur alimentation » estime l’un des auteurs. Parmi ces aliments : le poisson, les œufs, les produits laitiers, les champignons et les céréales.

Former des sages-femmes pour sauver des bébés

News Medical
Une doctorante de l’université de Göteborg (Suède) effectue un travail de recherche sous l’égide des Nations Unies pour analyser les stratégies d’amélioration de la santé en périnatalité pour les pays d’Asie du Sud (Népal, Afghanistan, Bangladesh). Son fil conducteur repose en grande partie sur la professionnalisation des sages-femmes. Dans la plupart des pays en développement cette profession n’existe pas ou souffre de connaissances insuffisantes. Résultat : « ce sont des infirmières qui font le travail mais sans compétences formelles » explique Malin Bogren. Il y a des obstacles à la mise en place d’une telle professionnalisation : des intérêts et priorités politiques différents, l’opposition des infirmières et des divergences sur le niveau académique qui doit être visé. Mais il ne fait aucun doute pour la jeune chercheuse que c’est par l’obtention pour les sages-femmes d’un statut de profession indépendante et qualifiée que passera la baisse des taux de mortalité maternelle et infantile.

Epilepsie et grossesse : nécessité d’une prise en charge très spécialisée

The Lancet
Les auteurs de cette méta analyse publiée dans The Lancet constatent une augmentation de la morbidité maternelle (développement de pathologies liées à la grossesse) chez les femmes atteintes d’épilepsie. Or, comme la prévalence d’épilepise est plus forte chez les femmes en situation de précarité qui présentent elles-mêmes plus de risque lors d’une grossesse, l’épilepsie constitue un sur-risque. Les auteurs notent également que les femmes qui prennent un traitement anti-épileptique pendant la grossesse présentent de moins bons résultats tout comme celles qui suivent une polythérapie (plusieurs molécules) plutôt qu’une monothérapie. Les auteurs estiment donc que ces patientes doivent être prises en charge par des services très spécialisés. Et que des conseils contraceptifs adaptés doivent aussi leur être délivrés.

Dépression du post-partum : Témoignage d’un psy et débat autour du dépistage systèmatique

The Guardian
Joli texte d’une jeune médecin psychiatre, britannique, confrontée pour la première fois à la dépression post natale d’une patiente. La jeune maman a souffert d’anorexie à l’adolescence. Elle a consulté pendant sa grossesse en raison de troubles dépressifs. La psychiatre, anonyme, la revoit après la naissance. Elle raconte comment la mère fuit le regard de son bébé. «  Je lui ai demandé comment ça se passait et elle a brusquement tendu le bébé vers moi. Si je n’avais pas regardé à ce moment là je n’aurais pas attrapé le bébé et la petite aurait atterri sur le sol. » La jeune maman montre ensuite au médecin des notes prises pendant le week-end, alors qu’elle luttait contre des pulsions suicidaires. Elles sont adressées à sa fille. Une pour le jour où elle entrera à l’école : « Je suis désolée de ne pas être là pour t’accompagner mais maman ne peut pas faire face ». Une pour le jour où elle se mariera : « Je suis sûre que tu es magnifique mon amour ». Une pour le jour où elle aura son premier enfant : « chéris ce moment pour toujours ».
Discussion, concertation, la jeune maman reconnaît qu’elle a besoin de temps et d’espace. Le médecin finit par appeler la grand-mère qui vient à sa rescousse. La cellule de crise en santé mentale s’engage à rendre visite à la jeune mère tous les jours. Elle se sent épaulée et écoutée. « Je ne souhaiterais une dépression post natale à personne, même à mon pire ennemi » écrit l’auteure du texte.

Une autre publication sur le même thème, dans The Lancet, nous informe qu’aux USA, la dépression du post-partum fait actuellement l’objet de vives discussion au sein de la communauté scientifique.

Cet éditorial prend le contre-pied des récentes recommandations émises par le US Preventive Services Task Force (USPSTF) , organisme indépendant composé d’experts en médecine préventive. Le USPSTF milite en effet pour un dépistage systématique de la dépression maternelle pendant la grossesse et durant le post-partum, évoquant le fait que les études montrent qu’un dépistage de la dépression présente un bénéfice. Le Lancet souligne de son côté que le Canada et la Grande-Bretagne, sur la base des mêmes études, ont conclu que les preuves d’un tel bénéfice étaient faibles. La revue rappelle aussi que l’outil de dépistage le plus couramment utilisé, « L’échelle d’Edimbourgh » est long à administrer et a une valeur prédictive positive forte. Le risque est alors élevé que des femmes soient faussement diagnostiquées comme dépressives.

Par ailleurs les études ont montré que les patientes sont angoissées par ce type de démarche, qu’elles craignent la stigmatisation induite par un résultat positif ainsi qu’un signalement aux services sociaux. Pour le Lancet, avant de promouvoir un dépistage en routine, il est préférable de mener de études randomisées avec des programmes qui incluent un accès au soin et une prise en compte des effets négatifs d’un tel dispositif. Le Lancet estime aussi que le risque de sur estimation des cas de dépression aurait un coût significatif et que ces fonds seraient mieux employés s’ils permettaient d’améliorer l’accès des populations précaires aux soins de base pendant la grossesse.
Enfin, si la revue concède que la dépression maternelle a des conséquences graves et durables pour la mère comme pour l’enfant, elle estime que se focaliser sur ce trouble, c’est prendre le risque d’une occasion manquée. La grossesse est une période idéale pour optimiser le suivi des femmes et des familles et prendre les problèmes de santé dans leur globalité.

Virus Zika et microcéphalies : un doute pas encore levé

The Lancet
Les relations de cause à effet entre l’épidémie de virus Zika, transmis par un moustique et l’augmentation des naissances de bébés microcéphaliques avec anomalies cérébrales sont encore incertaines. Le sujet constitue néanmoins une des priorités actuelles de l’OMS.
Avant 2015 le nombre de cas de microcéphalies rapporté était inférieur à 200 au Brésil. Entre la mi-2015 et début janvier 2016, 4783 suspicions de cas ont été enregistrées. Pour le moment seuls 404 ont été confirmés. Outre qu’il est possible que les bébés soient davantage mesurés et donc mieux repérés (ce qui expliquerait l’explosion de cas, pas forcément dus au virus), un vif débat est apparu sur la possibilité d’une sur estimation du nombre de cas en raison de mauvais diagnostics.

C’est le message du réseau latino-américain de malformations congénitales. Les médecins auteurs de ce texte paru dans The Lancet, tous Brésiliens, appellent à la vigilance dans l’interprétation des chiffres.
La mesure de la circonférence crânienne est l’examen permettant de détecter une éventuelle microcéphalie. Mais selon eux, l’échelle choisie par les autorités brésiliennes n’est pas la plus appropriée. Elle ne tient notamment pas compte du fait que la plupart des bébés brésiliens naissent avant 40 semaines de gestation puisque le taux de césarienne programmée est très élevé. Ce qui a forcément un impact sur la taille de leur boîte crânienne. Les auteurs enjoignent donc les autorités brésiliennes à cesser d’enregistrer tous les cas suspects et à se dépêcher d’investiguer les cas confirmés avec des preuves biologiques et radiologiques.

Les bébés de petits poids chez les femmes obèses : rares mais à surveiller de près

BJOG
Une étude très facile à résumer : les femmes en surpoids et les femmes obèses ont moins de probabilités d’avoir un bébé de petit poids pour l’âge gestationnel mais lorsque c’est le cas, le risque de mortalité pour ces bébés est majoré, comparé au risque de mortalité des bébés de petit poids gestationnel chez des femmes avec un IMC normal.

Rien ne justifie un abaissement de l’âge au premier frottis

BJOG
En 2014 une jeune Britannique de 19 ans est décédée d’un cancer du col de l’utérus, alors qu’elle avait demandé à bénéficier d’un frottis et que cet examen lui avait été refusé en raison de son âge. Ses proches ont alors initié une pétition réclamant que le dépistage par frottis soit avancé à l’âge de 16 ans et un vif débat a alimenté les colonnes des journaux grand public anglais. Dans cet article du BJOG, Peter David Sasieni affirme qu’il n’est pas utile de changer la politique de santé publique en la matière et qu’il faut maintenir le début du dépistage par frottis à 24 ans.

D’abord parce qu’avec un taux de couverture vaccinal du vaccin contre le HPV de plus de 80% chez les jeunes femmes nées après 1995 (le taux français est à peine de 16%, à ce sujet lire notre article sur la vaccination), la prévalence du cancer du col est censée diminuer considérablement dans les années à venir. Ensuite parce que les preuves scientifiques de l’intérêt d’un tel changement de politique de dépistage sont insuffisantes. Trois raisons justifient de maintenir l’âge de 24 ans comme entrée dans le dépistage. 1) Le dépistage par frottis est inefficace dans la prévention des cancers du col chez les 20-24 ans 2) Les anomalies cervicales sont fréquentes dans ce groupe d’âge et la grande majorité d’entre elles disparaîtront naturellement 3) Abaisser l’âge du frottis conduirait immanquablement à augmenter les prises en charges inutiles.
Les cancers du col sont très rares dans ce groupe d’âge et la balance bénéfice-risque ne justifie pas ce surcoût. Pour améliorer la prévention, l’auteur propose d’autres pistes : améliorer la couverture vaccinale chez les minorités ethniques, réaliser un frottis chez les jeunes femmes qui ont des symptômes.

Accoucher où je veux…et quand je veux

BJOG

Laisser les femmes décider du déclenchement de leur accouchement ? Pourquoi pas. C’est l’option défendue par JE Norman et JS Stock, deux médecins britanniques, dans cet article du BJOG. Les auteurs se basent notamment sur une étude française réalisée en 2010 (Coulm et collègues) selon laquelle 6,6% des accouchements déclenchés l’avaient été à la demande de la mère. Ils notent que le déclenchement au-delà de 39 semaines n’augmente pas le risque de césariennes et peut même présenter un bénéfice pour le bébé. « Sur les 20 dernières années, notent les auteurs, les femmes enceintes ont exprimé le souhait d’être davantage impliquées dans les décisions médicales les concernant. Certains médecins estiment que ce n’est pas une bonne chose, d’autres sont prêts à relever le défi d’aider les femmes à prendre des décisions éclairées. » Les auteurs rappellent que les recommandations anglaises permettent déjà aux femmes d’accoucher comme et où elles veulent. Ces recommandations déconseillent le recours au déclenchement sur la seule indication d’une demande maternelle. Les auteurs estiment néanmoins que la liberté de choix des femmes pourrait désormais concerner la date aussi bien que le lieu et la manière.

La position du quatre pattes ne permet pas la rotation du foetus

BJOG
Cette étude menée notamment par des médecins français (dont Bernadette de Gasquet que vous retrouverez dans notre article sur la rééducation périnéale) avait pour but de tester la position « à quatre pattes » pendant le travail pour les femmes dont le bébé se présente en position occipito-postérieure (c’est à dire le nez vers le bas). Les résultats montrent que cette position a peu d’effet sur la rotation du fœtus mais qu’elle améliore le confort des femmes pendant le travail.

La police de la grossesse patrouille n’importe où

Sydney Morning Herald
Alexandra Smith, journaliste pour le Sydney Morning Herald, raconte avec humour mais une bonne dose d’agacement comment, enceinte, elle s’est vue interdire de commander un…café par le serveur au comptoir. Elle a dû se rabattre sur un crème, c’est à dire une larme de café dans un océan de lait.
Autant elle avait entendu parler de cas de femmes enceintes se voyant refuser un verre d’alcool, autant l’interdiction du café, a été une grande découvertes. « Mais après avoir relaté mon expérience auprès de mes amis Facebook, j’ai découvert que la police de la grossesse ne patrouille pas seulement dans les bars. » Face à des commerçants intransigeants, une de ses connaissances n’a pas eu le droit d’acheter une glace à l’italienne et une amie a dû renoncer à acheter un morceau de fromage non pasteurisé dans un supermarché britannique. Après coup Alexandra Smith s’en est voulue de ne pas avoir résisté et exigé sa tasse de café. « Mais la culpabilité maternelle est une chose puissante ».

Attendre un bébé et développer un sixième sens

Quartz

Dans Quartz, Stephanie Arnold raconte une expérience saisissante. Ou comment ses prémonitions, et le fait que les médecins aient prêté attention à ses angoisses, lui ont sauvé la vie. Enceinte de son deuxième enfant elle vit une grossesse sans problème. Mais à la vingtième semaine elle a la certitude que son accouchement se passera mal. A la 22ème semaine elle est saisie par la sensation de faire une hémorragie mais ne perd pas une goutte de sang. Les examens sont normaux. A 30 semaines, elle confie à un chirurgien en gynécologie très pointu, consulté parce qu’elle est persuadée qu’elle aura besoin d’un spécialiste à l’accouchement, qu’elle est convaincue de devoir subir une hystérectomie quand elle donnera naissance à son fils. Le médecin lui prescrit de nouveaux examens pour détecter un placenta accreta, une des pires complications de la grossesse. Négatif.

L’anesthésiste qu’elle a ensuite au téléphone prend elle aussi au sérieux ses visions sanglantes et recommande de prélever une réserve sanguine avant l’accouchement et de prévoir un chariot d’urgence. Cette conversation téléphonique la sauvera. Le jour de l’accouchement, la jeune femme fait une embolie amniotique, une complication extrêmement rare et gravissime (des cellules du liquide amniotique pénètrent dans le sang de la mère). Tous ses organes, cœur, poumons, reins, montrent des signes d’arrêt, une hémorragie se déclenche. Son groupe sanguin est rare (O négatif). Le chariot, et la réserve de son propre sang, préparés à l’avance, permettront à l’équipe d’intervenir à temps. Il faudra néanmoins procéder à une hystérectomie. L’analyse de son utérus montrera un début d’accreta non décelable par IRM.

Pédiatrie/Enfance/Maltraitance

Le microbiote intestinal davantage impacté par la diversification alimentaire que par l’obésité maternelle

News Medical

L’étude réalisée par ces nutritionnistes danois et résumée sur News Medical sur le microbiote intestinal des enfants est très intéressante dans la mesure où ses résultats sont vraiment nouveaux. Elle montre que le microbiote des enfants se développe autour de neuf mois sous l’influence de la diversification alimentaire et de la nourriture familiale et non en lien avec l’éventuelle obésité maternelle.
Le microbiote est un ensemble de micro-organismes se développant sur les muqueuses digestives et jouant un rôle déterminant dans la bonne santé des individus.
Dans le ventre maternel le fœtus est dépourvu de microbiote. Le bébé est « colonisé » une première fois à la naissance lors du passage par le col de l’utérus puis son microbiote se diversifie au cours des mois qui suivent la naissance. Chaque individu a un microbiote qui lui est spécifique et qui reste stable toute sa vie. On sait que l’obésité a des origines en partie génétique. Des études ont émis l’hypothèse que l’obésité maternelle pouvait influer sur la constitution du microbiote des bébés. Cette recherche danoise qui a porté sur des enfants de neuf mois montre qu’il n’en est rien mais que deux facteurs impactent ce microbiote : la durée de l’allaitement et le régime alimentaire des enfants lorsqu’ils passent à la diversification et donc à la nourriture familiale. C’est bien la composition de ces repas, plus que le poids de la mère, qui détermine la composition du microbiote de l’enfant.

Les parents britanniques peu favorables aux ebooks

The Guardian

Une association de lutte contre l’illettrisme, en association avec des universitaires, a réalisé une grande enquête sur les pratiques de lecture des enfants sur tablette et les résultats montrent la grande méfiance des parents à l’égard des ebooks.
45% des parents s’inquiètent du fait que la lecture sur tablette augmente le temps passé sur un écran, et impacte négativement les capacité d’attention, 35%, craignent que leur enfant perde tout intérêt pour les livres papier et 31% redoutent que leur enfant soit exposé à des contenus inappropriés. Les parents pensent que les livres imprimés sont moins dommageables pour la vue, qu’ils donnent moins de mots de tête. Ils s’inquiètent aussi d’une possible addiction. Dans les faits, seuls 19% des enfants de plus de huit ans utilisent quotidiennement une liseuse électronique et 57% n’en utilisent jamais. L’association BookTrust assure défendre ardemment le livre imprimé mais estime que le principe de réalité oblige à admettre que le monde d’aujourd’hui est digital et que le numérique peut amener à la lecture des individus qui y sont réfractaires. Elle est donc réservée sur le fait que certaines familles bannissent totalement l’usage des écrans pour lire. « Utilisé avec précaution, en partenariat avec le livre imprimé, le livre digital peut encourager la lecture plaisir chez l’enfant et déclencher l’envie de lire des livres écrits », note l’organisme.
Cette méfiance des parents à l’égard du livre électronique n’est pas surprenante et peut-être explique-t-elle en partie la baisse des ventes de liseuse, constatée pour la première fois en 2015 en Grande-Bretagne.

Que les enfants des villes redécouvrent la nature

New York Times
Pédiatre neurologue new-yorkaise, Maya Shetreat-Klein, interviewée par le New York Times, explique pourquoi elle publie un livre intitulé « La cure de saleté ». Elle estime que les sociétés contemporaines ont versé dans un excès d’hygiénisme. Et développe trois principes : les enfants doivent manger des aliments naturels venus de sols sains et non des aliments lourdement transformés par l’industrie, ils doivent être exposés aux microbes et doivent retourner jouer dehors dans la nature. En plein New-York, le Dr Shetreat-Klein a planté un potager et des arbres fruitiers dans son jardin. Et elle élève ses propres poulets.

L’Australie épinglée pour son accueil des familles de migrants

The Lancet

Coup de gueule du Lancet contre la politique australienne d’accueil des demandeurs d’asile. Ces derniers sont en général maintenus dans des centres d’accueil situés sur les territoires extérieurs au continent australien (Papouasie Nouvelle Guinée par exemple). Si l’Australie est plutôt respectueuse des droits de l’Homme, ses centres d’accueil pour les migrants sont montrés du doigt pour leur manque de sécurité et la violence qui y règne. Des pédiatres mandatés par la commission australienne des droits de l’Homme ont notamment dénoncé l’envoi de familles avec de jeunes enfants dans le centre de l’île de Nauru où les conditions d’accueil sont préjudiciables pour le développement des plus petits.

Procès pour maltraitance : les experts doivent être au clair avec la notion de certitude raisonnable

Penn State Hershey
Dans les procès concernant les maltraitances infantiles, les juges ou jurés américains s’appuient beaucoup sur les conclusion des experts pour rendre leur verdict. Ces experts témoins doivent se prononcer selon « une certitude médicale raisonnable ». Or ils n’ont pas tous la même définition de cette certitude médicale raisonnable et cette variation dans la définition peut conduire à des décisions erronées. Ce sont en tous cas les conclusions des chercheurs du « Penn State college of medicine » qui se sont particulièrement intéressés aux affaires où les experts devaient se prononcer sur l’origine de traumatismes crâniens.

Seuls 37% des 294 experts interrogés ont assuré être à l’aise avec la notion de certitude médicale raisonnable. La moitié d’entre eux ont estimé que cette certitude devait être de 90%. Mais près d’un tiers ont évalué la certitude à 50%. Certains, pour conclure à la maltraitance, ont besoin d’un taux de certitude de 70% mais dans le même temps reconnaissent que la maltraitance pourrait n’être que le deuxième ou troisième diagnostic le plus probable. Plus troublant encore, 27% de ces experts modifient leur seuil de certitude selon la nature des charges (coups et blessures ou meurtres) et de la cour de justice (criminelle ou affaires familiales). Ces réponses ont décontenancé les auteurs de l’étude qui ont rappelé que lorsqu’un expert témoigne les juges et les jurés ne savent pas quel degré de certitude exact attribué à ses conclusions. « Si les jurés entendent deux experts avec des conclusions différentes, savoir que l’un d’entre eux se prononce à 98% et l’autre à 50% peut les aider à prendre une décision ». Pour les auteurs de l’étude il est urgent d’agir. « Si les experts ne définissent pas mieux cette notion de certitude raisonnable, ils laissent la porte ouverte à de potentielles injustices des deux côtés. Des coupables peuvent être laissés en liberté et des innocents envoyés en prison. Les enjeux sont trop élevés pour nous pour continuer de cette façon ».

Les chewing-gum sans sucre pour prévenir les caries chez les enfants

Daily Mail

Le Daily Mail a anglé son article sur l’aspect économique mais l’info médicale est intéressante. Faire mâcher du chewing-gum sans sucre aux enfants lorsqu’ils ont mangé ou bu permettrait des économies de santé dentaire de 10,6 millions d’euros. Selon des chercheurs de l’université de médecine dentaire de Plymouth et des économistes, si tous les enfants de 12 ans prenaient cette habitude, on réduirait considérablement la prévalence des caries dans cette population et du même coup les dépenses de santé publique. Les effets des chewing-gum sans sucre (dégradation accélérée des restes alimentaires et diminution des plaques acides) ont déjà été montrés.

Trop d’enfants obèses en Afrique

Business Tech
C’est un apparent paradoxe. Bien que le continent africain soit encore en proie à la malnutrition et à la sous-alimentation, 25% des enfants obèses sur la planète vivent en Afrique. Depuis 1990 le nombre d’enfants en surpoids a doublé en Afrique. Il est notamment très important en Afrique du sud où les enfants sont parmi les plus gros du monde. La gravité du problème est sous estimée sur le continent dans la mesure où, culturellement, un enfant en surpoids est vu considéré comme en bonne santé. Le principal facteur d’obésité réside dans une alimentation pas assez variée, trop salée et des boissons trop sucrées.

Pas assez de pédiatres en Chine pour faire face aux futures naissances

Shanghaï Daily
Shanghaï est confronté à une grave pénurie de pédiatres. En raison de la politique de l’enfant unique, de nombreux hôpitaux ont fermé leur service de pédiatrie. La faiblesse des salaires et de la patientèle ont poussé les médecins vers d’autres spécialités. Mais avec la levée de l’interdiction pour les Chinois d’avoir plusieurs enfants, les besoins en pédiatrie risquent d’exploser. (A ce sujet lire notre résumé dans le pueriscope de janvier)

Le manque de recherches en pédiatrie nous sautera à la figure dans 20 ans

The Independent
« Nous n’investissons pas assez dans la recherche en pédiatrie et c’est une bombe à retardement ». Selon The Independent, c’est ce qu’a assuré Neena Modi, la présidente du collège britannique en pédiatrie, pour expliquer le lancement d’un nouveau fond qui permettra de recruter des chercheurs pour réaliser des études sur l’état de santé des enfants et le lien avec la santé à l’âge adulte. Le médecin explique que les sociétés contemporaines sont confrontées à une inexorable augmentation de maladies chroniques (elle pense notamment à l’obésité) qui trouvent certainement leur source dans la petite enfance. Il faut des recherches solides pour mettre en évidence ces liens et les analyser. Il est temps d’agir. Au Royaume-Uni aujourd’hui on compte 70 professeur en pédiatrie et 800 en médecine adulte. Or, les enfants représentent 25 à 30% de la population.

L’enfance et ses traces: l’impact à long terme du vécu infantile

Scientific American
Des chercheurs en psychologie du développement de l’Université du Minnesota ont voulu analyser les possibles effets positifs d’une enfance difficile. La plupart des études récentes mettent en exergue l’impact négatif à l’âge adulte des négligences ou maltraitances vécues pendant l’enfance. Dans cette étude, ils mettent en évidence qu’une enfance stable et « normale » permet d’acquérir de bons réflexes d’inhibition (la capacité à mettre de côté une pulsion pour poursuivre un but rationnel). Mais affirment aussi qu’une enfance dite « instable » dans un environnement peu sécurisant, stimule la capacité de passer d’une demande à un autre, et donc la capacité d’adaptation.
Les auteurs estiment que ces capacités débouchent sur davantage de créativité.

Dans la même veine, The Independent a compilé les études qui mettent en avant l’impact des événements vécus pendant l’enfance sur la vie d’adulte.
Celle-ci par exemple : une vaste étude longitudinale sur 20 ans menée par deux universités de Pennsylvanie a montré une forte corrélation entre les aptitudes sociales des enfants au jardin d’enfants (c’est à dire à 5 ans) et leur réussite à l’age adulte. Les enfants qui étaient capables de coopérer avec des pairs, de faire preuve d’empathie ou de résoudre des problèmes seuls ont donné, 20 ans plus tard, des adultes avec un emploi à plein temps. Ceux qui avaient plus de difficultés dans leurs rapports aux autres avaient un risque accru d’être arrêtés ou d’être bénéficiaires des aides d’Etat. Les auteurs de cette étude en ont conclu qu’il était capital d’aider les jeunes enfants à développer leurs compétences sociales et émotionnelles. En France, ce genre d’études est très mal perçu par les spécialistes de la petite enfance et nombre d’acteurs du champ médico-social. Lesquels y voient du déterminisme et de la stigmatisation. C’est pourquoi le fameux rapport de l’INSERM de 2005 sur les troubles des conduites chez l’enfant, qui reprenait bon nombre de ces études longitudinales (validées par la littérature médicale internationale) a suscité une telle vague de protestation et donné naissance au collectif « Pas de zéro de conduite chez les moins de trois ans ».

Après cet exemple suit une litanie d’études qui montrent notamment que lors d’un divorce précoce, les enfants ont peu de relations avec leurs pères (beaucoup d’études sur le sujet en effet) ; si une mère de famille travaille à l’extérieur du domicile, les filles réussissent mieux à l’école et dans la vie professionnelle ; les enfants sexuellement abusés sont plus à risque d’obésité ; l’exposition à des images violentes pendant l’enfance donne des adultes plus violents ; développer précocement les aptitudes mathématiques rend les enfants meilleurs en maths mais aussi en lecture ; les enfants de parents alcooliques ou toxicomanes deviennent des adultes sur-responsables qui rechignent à s’amuser ; et une dizaine d’autres corrélations…

Sur le même sujet encore, Dana Carroll, avocate pour enfants, raconte dans un article publié sur le site News-leader.com une recherche étonnante menée sur une colonie de singes rhésus (l’espèce la plus courante). Parmi cette colonie les chercheurs ont identifié trois groupes génétiquement distincts. Le groupe A est constitué de singes plus timides et anxieux. Mis au contact d’alcool, les singes de ce groupe boivent abondamment pour calmer leur angoisse. Les animaux du groupe B sont plus enclins, toujours génétiquement, à la violence, aux épisodes ponctuels d’alcoolisation massive (« binge-drinking ») et aux comportements impulsifs. Ces singes sont craints par la colonie et ont une faible espérance de vie. Le groupe C est constitué de femelles très maternantes ( des « super moms »). Les chercheurs ont commencé par confié les bébé du groupe A aux mères du groupe C. Les bébés sont devenus des singes moins timides et moins anxieux que leurs congénères restés dans le groupe A et leur addiction à l’alcool a disparu. De la même façon, les singes du groupe B confiés aux mères du groupe C ont perdu leurs inclinations agressives et leur tendance au binge-drinking. Ils ont été plus nombreux à atteindre le sommet de la hiérarchie de la colonie. L’éducation affectueuse et attentionnée reçue par ces singes a permis de contrer leurs tendances génétiques. Dana Caroll conlut en citant John Bowlby : « si une communauté veut valoriser ses enfants, elle doit chérir les parents ». « Il n’est pas toujours facile de chérir les parents, poursuit-elle, surtout quand on n’est pas d’accord avec leurs choix. Cependant, c’est en les valorisant qu’on sera capable de construire une relation avec eux, de comprendre leur situation et de les aider à entourer leurs enfants.»

Diagnostiquer une maltraitance à partir d’une radio: les signes d’alerte

Diagnostic Imaging
Le site américain « Diagnostic Imaging » consacré à la radiologie fait le point sur le diagnostic de mauvais traitement posé à partir d’un examen radiologique de l’enfant. Quels sont les signaux d’alerte ? Une fracture du fémur chez un un enfant de moins d’un an, qui se déplace encore peu, en est un. Ou une fracture des côtes chez un jeune enfant. Les lésions métaphysaires (la région entre la tête de l’os et le corps de l’os) chez un enfant de moins de deux ans éveillent aussi la suspicion. Plusieurs fractures d’âge différent laissent penser à des traumatismes répétés. Les traumatismes crâniens, avec épanchement sanguin entre le cerveau et la boîte crânienne ne sont pas courants chez un très jeune enfant et peuvent éveiller les soupçons. Même si ces symptômes peuvent résulter d’une chute ou parfois même des conditions de la naissance. Chez des enfants plus grands, qui se déplacent, courent, font du sport, il est encore plus difficile de faire la part des choses.

La vaccination, économiquement rentable, politiquement complexe

Quartz
Le site Quartz met en avant une étude en partie financée par la Fondation Bill et Melinda Gates qui montre que le retour sur investissement de la vaccination dans les pays les plus pauvres est considérable. Pour un dollar engagé à lutter contre la rougeole, la rubéole, le HPV ou le rotavirus, ce sont 1 dollars qui sont gagnés en retour en terme de coûts médicaux économisés et de productivité regagnée.
Sur le même sujet le sujet News-Medical s’intéresse au débat vaccination obligatoire ou juste recommandée (voir notre article vaccination : les clés de la défiance). Le site rapporte une revue de littérature de chercheurs de l’Université de Columbia. Aux Etats-Unis, trois Etats ont rendu la vaccination obligatoire, c’est à dire ont interdit les exemptions pour raison non médicale. Au Mississipi et dans l’ouest de la Virginie les taux de couverture frôlent les 100% pour les maladies « infantiles ». Depuis une traumatisante épidémie de rougeole l’année dernière, de nombreux Etats envisagent donc de rendre à leur tour la vaccination obligatoire. Les chercheurs reconnaissent donc que le choix de l’obligation vaccinale est très efficace. « Cependant, arguent-ils, maintenir des politiques existantes est une chose, revenir sur un droit légal dont les gens ont pu bénéficier en est une autre, les circonstances politiques sont bien différentes. » Ils proposent donc de procéder autrement. Par exemple : maintenir les exemptions mais rendre leur obtention beaucoup plus compliquée en obligeant les familles à recevoir des informations par un professionnel de santé ou à renouveler cette autorisation de façon annuelle.