Voici notre sélection d’articles parus au premier trimestre 2018 dans de nombreuses revues scientifiques internationales et portant sur le développement de l’enfant. Vous trouverez, pour chaque focus, un titre de notre composition, le lien vers la ou les source(s) puis un résumé traduit. Au menu notamment : les effets du stress parental sur l’enfant, la consommation américaine de Ritaline (pas si démesurée), de nouveaux résultats de Linda Pagani sur l’impact de la télévision.

Les schémas cognitifs inadaptés des parents se transmettent aux enfants

Behavioral and Cognitive Psychotherapy

Cette étude allemande s’intéresse à l’éventuelle transmission des schémas cognitifs inadaptés. Ce modèle des « schémas inadaptés précoces» a été développé par deux chercheurs américains, Beck et Young. Les personnes porteuses d’un trouble de la personnalité mettent en place de stratégies inadaptées face aux situations rencontrées, en raison d’un fonctionnement cognitif lui même mal ajusté. Ces schémas cognitifs (des croyances, une façon de voir le monde et les autres) se mettent en place à partir des expériences vécues, notamment, voire surtout, dans l’enfance. Les auteurs rappellent l’hypothèse selon laquelle les parents ayant eux mêmes connu une mise en place précoce de schémas cognitifs inadaptés ont du mal à répondre aux besoins émotionnels de base de leur enfant qui va à son tour, développer des schémas cognitifs inadaptés. 60 paires parent-enfant (père et mère, enfant adulte) ont été recrutés en population générale. Tous les participants ont répondu au questionnaire de Young pour évaluer les schémas cognitifs puis les parents ont répondu à un questionnaire permettant d’évaluer leurs modes d’adaptation à une situation difficile (classiquement : l’acceptation, l’évitement et la compensation). De leur côté, les enfants ont noté rétrospectivement les pratiques parentales du parent participant. Les chercheurs constatent bien une association significative entre les schémas précoces d’inadaptation des parents et ceux des enfants. Lorsque la stratégie d’adaptation reposant sur l’évitement est présente chez le parent, elle semble peu jouer dans cette association. Alors que la compensation mise en oeuvre par le parent semble bien intervenir dans cette corrélation. Les souvenirs des enfants adultes d’une parentalité difficile pendant leur enfance sont eux aussi liés à des difficultés d’adaptation à l’âge adulte. Pour les auteurs il y aurait donc bien une transmission des schémas précoces d’inadaptation à travers le mode d’adaptation parental (surtout la compensation) et les pratiques parentales. Ce qui a pour les auteurs des implications concernant les interventions basées sur la famille. (…)