A Lille trois établissements d’accueil du jeune enfant expérimentent un programme d’intervention précoce basé sur l’observation fine du développement de l’enfant. Un essaimage est prévu pour septembre, avec le soutien de l’Agence Nouvelle des Solidarités Actives. La ville avait déjà été pionnière dans l’essaimage du programme PARLER Bambin. L’objectif est de compenser l’insuffisance de stimulations dont pâtissent certains enfants au sein de leur milieu familial.

Depuis 2015, deux établissements d’accueil du jeune enfant (EAJE) et près d’une vingtaine d’assistantes maternelles de Lille pratiquent une observation fine de l’enfant pour lui proposer des activités qui correspondent parfaitement à son stade de développement, aux habiletés, et aux envies, qui sont les siennes. Ces professionnels expérimentent le programme québécois « Jeux d’enfant », lui-même une émanation du dispositif américain Abecedarian. Lors de la mise au point du programme initial dans les années 70, comme l’indique le site « Jeux d’enfants », les chercheurs américains tentaient de répondre à la question suivante : « Est-ce qu’il est possible de prévenir ou de réduire de façon significative les carences de développement que présentent les enfants à haut risque en effectuant auprès d’eux des interventions éducatives systématiques et de grande qualité, dès la naissance et jusqu’à l’entrée à la maternelle? »