Le travail d’investigation sur le développement humain le plus complet et le plus probant jamais mené : c’est en ces termes que Science évoque dans un article passionnant signé par Douglas Starr, les recherches menées par deux psychologues, l’Américaine Terrie Moffitt et l’Israëlien Avshalom Caspi, unis dans la vie comme dans leur laboratoire. Depuis 30 ans, le couple exploite les données de l’incroyable cohorte néo-zélandaise Dunedin: 1000 individus suivis depuis 1972 avec un taux de rétention inouï de 95%. Science nous a autorisés à publier la traduction (ici synthétisée) de cet article.

« Leur travail est allé au-delà de la psychologie et a influencé la psychiatrie, la génétique, la criminologie, l’épidémiologie, la sociologie et bien d’autres domaines ». C’est en ces termes que l’association américaine de psychologie a salué les recherches de Terrie Moffitt et Avshalom Caspi. Plus de 1200 articles scientifiques ont été rédigés à partir des données de la cohorte Dunedin et certaines de ces publications se sont révélées décisives, notamment dans la compréhension des facteurs de risques psycho-sociaux. L’une des études menées, prouvant l’aspect transitoire de la délinquance juvénile, a notamment amené la Cour Suprême américaine à interdire l’exécution des mineurs. Moffitt et Caspi ont également mené les premières études montrant que les capacités d’auto-contrôle pendant l’enfance constituaient un bon prédicteur de la santé et du bien-être à l’âge adulte. Ils ont détaillé la façon dont les caractéristiques génétiques de certains individus pouvaient les rendre vulnérables à des stress spécifiques. (…)