Santé, développement, sciences sociales… la cohorte Elfe, 18.000 bébés recrutés en 2011 dans 344 maternités, est censée offrir un matériau à des études de toutes les disciplines. Les travaux effectués à partir de ces données creusent notamment les questions migratoires.

La dernière partie de la journée scientifique du 13 mars consacrée à la cohorte Elfe a été dédiée aux populations migrantes. Tatiana Eremenko, de l’Ined, présente quelques chiffres. Un enfant sur 5 vit dans une famille immigrée, 87% de ces enfants sont nés en France. Les couples mixtes constituent 12% et sont essentiellement composés de migrants venus d’Europe. L’élément le plus frappant quand on observe ces familles est la prévalence de la monoparentalité. Aux deux mois de l’enfant, soit de façon très précoce, la proportion de mères seules est deux fois plus élevée chez les immigrées qu’en population générale.