Dans une enquête menée auprès de plus de 14.000 familles québécoises, il apparaît que moins les parents sont instruits et aisés, et moins ils sont angoissés par la fonction parentale.  Moins, également, ils se sentent sous pression, moins ils expriment d’attentes, notamment en matière d’information. Faut-il pour autant en déduire que ces familles n’ont finalement pas besoin de soutien ?

Mieux connaître l’expérience et les besoins des parents d’enfants de 0 à 5 ans : c’est cet objectif qui est poursuivi avec « l’Enquête québécoise sur l’expérience des parents d’enfants de 0 à 5 ans » (EQEPE). Menée en 2015 par l’Institut de la statistique du Québec auprès de 14 900 parents d’enfants de 0 à 5 ans, l’EQEPE est financée par l’organisation à but non lucratif Avenir d’enfants, qui « offre de l’accompagnement et du soutien aux communautés locales mobilisées autour du développement global des enfants de 0 à 5 ans, principalement ceux vivant dans un contexte de pauvreté. » Cette étude vise notamment à documenter les pratiques, le sentiment d’efficacité et le sentiment de satisfaction des parents, le stress vécu et la pression ressentie, le besoin en information des parents et les sources d’information utilisées, le soutien social du conjoint et de l’entourage, l’utilisation et les obstacles liés à l’utilisation des services offerts pour les familles. Ses résultats sont à la fois très éclairants, notamment sur les pratiques et attentes des parents selon leur classe sociale, et déstabilisants pour qui voudrait ajuster les politiques publiques aux seuls besoins exprimés. (…)