L’Association Nationale des Puéricultrices(teurs) Diplômé(e)s et des Etudiants (ANPDE) organise pendant trois jours les 42èmes journées nationales d’études des puéricultrices, en partenariat avec le CEEPAME. Les premières conférences ont permis de mettre en exergue la grande polyvalence en même temps que l’expertise très spécifique de cette profession en mal de reconnaissance. Une certitude : au moment où les besoins fondamentaux de l’enfant font l’objet de toutes les attentions, les puéricultrices semblent avoir plus que jamais un rôle à jouer dans le champ du soutien à la parentalité, de la prévention ou de la protection de l’enfance.

C’est la fin de la journée, il fait chaud dans le principal amphithéâtre du Palais des Arts et des Congrès d’Issy Les Moulineaux, mais plusieurs centaines de puéricultrices (et quelques puériculteurs) sont debout pour applaudir la nouvelle Ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn. Elle n’a pourtant fait aucune annonce, et ne s’est en tous cas pas avancée sur le dossier sensible de la réingénierie de la formation (passer à quatre semestres de formation et obtenir un grade master). Mais elle était là, pour ces 42èmes journées nationales d’études des puéricultrices, et c’est déjà ça. La Ministre en a profité pour rappeler qu’en matière de politiques publiques concernant l’enfance et la famille, la France est un modèle. Elle insiste : les crèches constituent une solution pour progresser vers plus d’égalité des chances. « Tout ne se joue pas avant trois ans mais beaucoup se joue. C’est un investissement social qui permet de prévenir ce qu’il y a de pire : l’exclusion, le décrochage scolaire, les conduites à risque, le basculement vers la radicalité ». Elle rejoint en cela les préconisations du dernier rapport produit par Terra Nova mais c’est le rapport de la mission conduite par Sylviane Giampino qu’elle cite. Agnès Buzyn assure aussi qu’elle a conscience de la pénurie de pédopsychiatres en France et qu’elle a la ferme intention d’y remédier.
Plus tôt dans la journée, Charles Eury, nouvellement nommé à la tête de l’Association Nationale des Puéricultrices(teurs) Diplômé(e)s et des Etudiants (ANPDE) et Sébastien Colson, président sortant, ont de leur côté mis l’accent sur la spécificité et la nécessité de ce métier qui fête cette année ses 70 ans. (…)