Le 16 mars dernier à Montpellier, des spécialistes de la périnatalité se sont réunis pour échanger sur l’accompagnement des parents et de leur bébé, en particulier lorsque les familles présentent un fort caractère de vulnérabilité. A côté de l’étude de cas, passionnante, qui a mobilisé l’attention des participants une bonne partie de la journée, quelques présentations plus “grand angle”, à vocation plus générale, ont été proposées, sur l’origine précoce des troubles développementaux, sur la place du père à la naissance et sur la formation. Nous les restituons ici. 

En introduction de cette journée organisée par l’Afrée, Amaria Baghdadli, professeur de pédopsychiatrie au CHU de Montpellier, rappelle pourquoi « la petite enfance est si précieuse ». Elle évoque le cerveau de l’enfant, le quart de la taille d’un cerveau adulte, qui commence à se développer avant la naissance et continue bien longtemps après, dans un processus sensible à l’environnement. Le médecin parle de la boucle gènes-environnement qui peut-être vertueuse ou vicieuse, en cas de facteurs de risque. Il s’agit d’une boucle « permanente et dynamique entre le terrain génétique et l’environnement, que celui-ci soit biologique, physique, social, affectif, culturel ». Les troubles du développement, explique le médecin, résultent de perturbations pouvant survenir à différentes étapes de cette construction.(…)